Visa pour Kyoto – le journal de Linda Ouhbi, céramiste (7)

Actualités > Les actualités du réseau


Longue journée hier, avec une cuisson qui s’est prolongée de 8h à 20h. Cela fait quelques semaines que je me rend régulièrement à l’atelier pour travailler quelques heures. Je n’avais pas prévu de produire à Kyoto, car je connais les délais de la terre et je connais mon processus et mon rythme.

Et puis un matin j’ai eu cette envie d’aller à l’atelier. Un cycle commençait alors m’engageant sur quelques semaines. Il s’est terminé hier avec cette cuisson en réduction dans un four nouveau pour moi. Un four mixte électrique et gaz. La cuisson commence en électrique puis on y introduit une flamme procédant ainsi à la réduction avant de terminer la cuisson en électrique. Le four est en cours de refroidissement à l’heure ou j’écris ce texte.

L’ouverture du four est prévu pour demain. Je pourrais alors découvrir les résultats de tous ces émaux prêtés par Mamié et d’autres que j’ai fabriqué sur place. Je n’ai pas eu le temps de les tester avant la cuisson finale. Alors je me suis fais à l’idée que cette cuisson est un test. 

 

Il y a eu aussi mes leçons de Kintsugi qui ont avancées et qui se sont terminées avec la pose de la poudre d’or, un moment magique. Non pas pour le précieux du matériau, mais pour le processus physique qui se produit lorsque les particules se fixent sur la laque. Le mouvement du pinceau, dans un moment presque illusoire, dévoile un métal scintillant et lumineux qui contraste avec la poudre plutôt terne qu’on avait sur le pinceau.

J’ai aussi essayé la poudre d’étain, plus discrète que l’or. Elle se situe au niveau de la couleur entre l’or et l’argent. Les particules d’étain sont moins fines que celles de l’or l’étain garde un fini plus mat, presque granuleux qui me plait bien.

 

Cette semaine j’ai aussi découvert le musée d’archéologie de Kyoto. L’architecte qui revenait d’un séjour en Allemagne, a construit ce bâtiment dans un style allemand il y a 100 ans. Le directeur du musée, contacté par le journaliste de la NHK qui prépare un petit reportage sur mon séjour à Kyoto, nous en a fait la visite. Il nous a même ouvert la salle de réunion au 2ème étage qui n’a pas changé depuis sa construction, tapisserie, lampe art déco, boiseries, parquet marqueté.

L’exposition temporaire au rez-de-chaussée est consacrée aux céramiques préhistoriques Jomon et Yayoi trouvées lors de fouilles à Kyoto. Un grand moment pour moi. Peut-être le meilleur de mon séjour. Tout prend sens. Tout s’accorde. Encore des merveilles et beaucoup d’émotion.

Le premier étage est lui consacré à la collection permanente qui présentent des objets de la préhistoire au 16ème siècle avec beaucoup de céramique. Une très belle façon de lire l’histoire de la ville.

 

Découvrir l’épisode 8